Google+

Immaculée conception… et conception virginale de Jésus

(8 décembre, Fête de l’Immaculée Conception, année A-B-C, Luc 1, 26-38)

(Texte en polonais, traduction de Joanna S.)

immaculee_conceptionContrairement à ce que l’on entend ici ou là, l’origine immaculée de Marie, dont il est question aujourd’hui,  n’a rien à voir avec la conception virginale et miraculeuse de Jésus ! La confusion est fréquente. Essayons donc d’y voir un peu plus clair…

Marie est immaculée, c’est-à-dire conçue sans tache, dès l’origine, pour la venue de Jésus. Marie préservée du péché, ce péché de chair bien inscrit dans la Genèse (3, 7-13). Ce péché que Saint Augustin qualifiera d’« originel » avec en filigrane la conviction que la reproduction conduit finalement à la mort de chacun d’entre nous, car, ce faisant, nous agissons au profit de l’espèce humaine seule et nous essayons de nous transcender ainsi nous-mêmes pour atteindre l’immortalité par notre descendance.

Marie, l’immaculée, épargnée par le péché originel et dont on retrouve dès le Vème siècle en Syrie les premiers signes de la célébration. Cette idée d’une mère du Christ immaculée fait doucement son chemin, avec les premiers écrits en faveur de ce dogme qui apparaissent au XIIème siècle, sous la plume d’Eadmer*. Celui-ci soutient que la conception immaculée de Marie trouve son origine dans la grâce unique accordée par Dieu. Et c’est ce que déclare finalement le dogme proclamé par le Pape Pie IX le 8 décembre 1854 en ces termes: “La Très Sainte Vierge Marie fut préservée de toute souillure du péché originel, dès le premier moment ».

Mais, au cours des premiers siècles de l’Eglise, il n’est jamais fait mention de l’Immaculée Conception ! En effet, dans la Bible, Marie n’apparait que comme une femme ordinaire choisie par Dieu pour être la mère du Seigneur Jésus-Christ. Serait-ce donc une « doctrine nouvelle », une « invention théologique » de l’Eglise de Rome, contraire à l’enseignement de la Bible comme certains le soutiennent avec vigueur ?

Ce n’est pas Mgr Sibour, archevêque de Paris qui aurait dit le contraire. En effet, s’il impose finalement à contre cœur ce dogme venu de Rome au sein de son diocèse, il se voit assassiné en janvier 1857 par Jean-Louis Verger, un jeune prêtre opposé à ce dogme et qu’il a réduit à la misère, et qui lui crie en le poignardant  « A bas la déesse ! » faisant clairement référence au dogme de l’Immaculée Conception…

Enfin, laissons là le débat et rappelons que si la Bible ne mentionne peut-être rien sur «  l’immaculée conception », par contre, la conception virginale et miraculeuse de Jésus-Christ y est clairement énoncée. C’est le mystère de Marie, une mère choisie par Dieu, un mystère qui reste entier à nos yeux.

Avec l’Esprit Saint, Marie a conçu et a porté Jésus. Et c’est elle qui a mis au monde cet Homme-Dieu, cet être d’exception, ce Messie dont la Parole a couvert la terre entière, une Parole qui claque à nos oreilles comme les voiles d’un grand bateau qui nous emmène vers Dieu.

Bernard  Vollerin

* Eadmer, historien et ecclésiastique anglais (1066-1126),  De Conceptione sanctæ Mariæ

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc (1, 26-38)

26 Le sixième mois, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth,

27 à une jeune fille, une vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie.

28 L’ange entra chez elle et dit : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. »

29 A cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation.

30 L’ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu.

31 Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus.

32 Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ;

33 il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. »

34 Marie dit à l’ange : « Comment cela va-t-il se faire, puisque je suis vierge ? »

35 L’ange lui répondit : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, et il sera appelé Fils de Dieu.

36 Et voici qu’Élisabeth, ta cousine, a conçu, elle aussi, un fils dans sa vieillesse et elle en est à son sixième mois, alors qu’on l’appelait : ‘la femme stérile’.

37 Car rien n’est impossible à Dieu. »

38 Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout se passe pour moi selon ta parole. » Alors l’ange la quitta.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *