Google+

Jésus, l’Agneau de Dieu

(2ème dimanche du Temps Ordinaire, année A, Jean 1, 29-34)

——————————————————————————————

(Texte en polonais)

IMG_st-jean-baptisteJean le Baptiste témoigne : « C’est lui le fils de Dieu. » Jean, ce prophète hirsute et inquiétant qui invective volontiers ceux qui l’approchent, celui qui est rude et si prompt à la menace, le voilà qui tombe quasiment en extase en voyant l’Esprit descendre sur Jésus. Mais à ce stade, il ne soupçonne pas encore la portée du message que va nous apporter Jésus. Il s’attendait à un Messie jugeant et condamnant de tous côtés : il va découvrir Jésus prêchant Amour et Pardon.

Lorsque Jésus et Jean se rencontrent, Jean reconnait immédiatement en Jésus l’Agneau de Dieu. Mais, comme souvent les enfants le demandent, que signifie « Agneau de Dieu ? »

Les interprétations ne manquent pas ! Celle que nous pourrions retenir est celle de l’agneau du sacrifice, pratique courante en Israël. Jésus serait donc l’agneau que Dieu nous enverrait pour qu’il soit sacrifié? Voilà qui contrasterait durement avec le Dieu d’amour dont nous sommes témoins.

En fait, Jean le Baptiste est ébloui. En voyant descendre l’Esprit sur Jésus, il a la confirmation qu’il attendait : Jésus est le fils de Dieu, son envoyé. Plus besoin de sacrifier des agneaux comme cela se pratiquait couramment pour garder un lien avec Dieu : son envoyé est là ! C’est lui qui établira directement ce contact pour nous tous. En cela, il devient l’Agneau de Dieu, notre trait d’union avec l’Éternel*. Et le « péché du monde » que mentionne Jean, c’est la puissance d’hostilité à Dieu que le Christ vient briser.

Ce passage des Évangiles est extrêmement important, car il est exactement le point de départ du ministère du Christ. À partir de là, et au cours des trois à quatre ans qui suivront, le Christ va marquer à tout jamais l’Orient puis le reste du monde : le Verbe s’est fait chair et le Messie est parmi nous.

Bernard Vollerin

*On se référera aux travaux du Père jésuite Xavier-Léon Dufour sur ce sujet

 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean (Jn 1, 29-34)

29i  Comme Jean Baptiste voyait Jésus venir vers lui, il dit : « Voici l’Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde ;
30  c’est de lui que j’ai dit : Derrière moi vient un homme qui a sa place devant moi, car avant moi il était.
31  Je ne le connaissais pas ; mais, si je suis venu baptiser dans l’eau, c’est pour qu’il soit manifesté au peuple d’Israël. »
32  Alors Jean rendit ce témoignage : « J’ai vu l’Esprit descendre du ciel comme une colombe et demeurer sur lui.
33  Je ne le connaissais pas, mais celui qui m’a envoyé baptiser dans l’eau m’a dit : ‘L’homme sur qui tu verras l’Esprit descendre et demeurer, c’est celui-là qui baptise dans l’Esprit Saint.’
34  Oui, j’ai vu, et je rends ce témoignage : c’est lui le Fils de Dieu. »


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *