34ème dimanche du Temps Ordinaire, Fête du Christ-Roi – Année C

Jésus, souviens-toi de moi…

(Solennité du Christ Roi, année C, Luc 23, 35-43)

————————————————————————-

(Texte en polonais, traduction de Joanna Szubstarska)

IMG_le-christ-et-les-deux-larronsJésus agonise sur la croix, entouré de deux larrons, et autour de lui ce n’est que haine, avilissement, ricanements. L’un des deux larrons l’injurie copieusement, se fait provoquant : « N’es-tu pas le Messie ? ». Il est pris d’une folle angoisse face à la mort qui approche. Il exige d’être sauvé, comme si Jésus lui devait ce « service ». Il blasphème. Il a perdu la tête.

Par comparaison, celui que l’on appelle « le bon larron » se fait bienveillant à l’égard de Jésus. Ses mots sonnent juste lorsqu’il reconnaît ses fautes et l’innocence du Christ. Un Christ qui viendra bientôt inaugurer son Règne : un Christ Roi

« Jésus, souviens-toi de moi » dit-il, dans un appel au Christ Roi que nous reprenons tous dans l’espoir d’être parmi ceux qui peupleront son Royaume.

Méritons-nous d’être au nombre des appelés ? Pour cela, ouvrons nous à l’action de l’Esprit Saint, marchons dans les pas du Christ, vivons dans l’amour véritable de notre prochain, ne craignons pas d’être persécutés ou rejetés et reconnaissons que nous sommes pécheurs.

Car Jésus, avant de rendre l’âme, s’adresse au « bon larron » qui reconnaît ses fautes, pas à l’autre, pour lui dire : « avec moi, tu seras dans le Paradis. »

Bernard Vollerin

————————————————————————-

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc (Lc 23, 35-43)

35i  On venait de crucifier Jésus, et le peuple restait là à regarder. Les chefs ricanaient en disant : « Il en a sauvé d’autres : qu’il se sauve lui-même, s’il est le Messie de Dieu, l’Élu ! »
36  Les soldats aussi se moquaient de lui. S’approchant pour lui donner de la boisson vinaigrée,
37  ils lui disaient : « Si tu es le roi des Juifs, sauve-toi toi-même ! »
38  Une inscription était placée au-dessus de sa tête : « Celui-ci est le roi des Juifs. »
39  L’un des malfaiteurs suspendus à la croix l’injuriait : « N’es-tu pas le Messie ? Sauve-toi toi-même, et nous avec ! »
40  Mais l’autre lui fit de vifs reproches : « Tu n’as donc aucune crainte de Dieu ! Tu es pourtant un condamné, toi aussi !
41  Et puis, pour nous, c’est juste : après ce que nous avons fait, nous avons ce que nous méritons. Mais lui, il n’a rien fait de mal. »
42  Et il disait : « Jésus, souviens-toi de moi quand tu viendras inaugurer ton Règne. »
43  Jésus lui répondit : « Amen, je te le déclare : aujourd’hui, avec moi, tu seras dans le Paradis. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *