32ème dimanche du Temps Ordinaire – Année C

Ressusciterons-nous d’entre les morts ?

(32ème dimanche du Temps Ordinaire, année C, Luc 20, 27-38)

———————————————————————————-

(Texte en polonais, traduction de Joanna Szubstarska)

IMG_resurrectionVoilà la question embarrassante que les sadducéens posent à Jésus en utilisant un stratagème grossier. Il est basé sur une situation assez « cocasse » où des membres d’une même famille, ressuscités d’entre les morts, en viendraient à se demander « Qui est le mari de qui ?!!? ». Nous pourrions transposer cette situation au cas d’un homme veuf qui se remarie ici-bas : de qui serait-il le mari dans l’au-delà ?

Ce que les sadducéens, ou nos contemporains dans le cas du veuf remarié, ne comprennent pas, c’est que la vie de l’au-delà n’est pas une simple transposition ni une extension de la vie sur terre. Nous spéculons à tort sur la nature de la résurrection. Nous cherchons à forcer le secret d’une chose qui nous dépasse. Il faut « consentir au mystère et faire un saut dans la foi ».

Le philosophe Max Scheler* disait que « l’homme possède un dieu ou une idole ». Les idoles ont leurs limites. Dieu n’en a pas.  Notre choix est clair et la relation d’alliance que nous avons avec Dieu, la foi en la Parole de Jésus nous permettent d’entrevoir les merveilles de l’au-delà. C’est un état de grâce, une béatitude continue qui dépassent les limites de nos sens actuels.

Ayez cette foi active en Jésus, détachez-vous des idoles de ce monde et vous serez avec Dieu qui « n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants ».

Bernard Vollerin

*Max Scheler, philosophe et sociologue allemand, né à Munich le 22 août 1874 et décédé à Francfort-sur-le-Main le 19 mai 1928.

————————————————————————————–

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc (Lc 20, 27-38)

27  Des sadducéens – ceux qui prétendent qu’il n’y a pas de résurrection – vinrent trouver Jésus,
28  et ils l’interrogèrent : « Maître, Moïse nous a donné cette loi : Si un homme a un frère marié mais qui meurt sans enfant, qu’il épouse la veuve pour donner une descendance à son frère.
29  Or, il y avait sept frères : le premier se maria et mourut sans enfant ;
30  le deuxième,
31  puis le troisième épousèrent la veuve, et ainsi tous les sept : ils moururent sans laisser d’enfants.
32  Finalement la femme mourut aussi.
33  Eh bien, à la résurrection, cette femme, de qui sera-t-elle l’épouse, puisque les sept l’ont eue pour femme ? »
34  Jésus répond : « Les enfants de ce monde se marient.
35  Mais ceux qui ont été jugés dignes d’avoir part au monde à venir et à la résurrection d’entre les morts ne se marient pas,
36  car ils ne peuvent plus mourir : ils sont semblables aux anges, ils sont fils de Dieu, en étant héritiers de la résurrection.
37  Quant à dire que les morts doivent ressusciter, Moïse lui-même le fait comprendre dans le récit du buisson ardent, quand il appelle le Seigneur : le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac, le Dieu de Jacob.
38  Il n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants ; tous vivent en effet pour lui. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *