17ème dimanche du Temps Ordinaire – Année C

 Seigneur, apprends-nous à prier!

(17ème dimanche du Temps Ordinaire, année C, Luc 11, 1-13)

——————————————————————————

(Texte en polonais, traduction de Joanna Szubstarska: Panie, naucz nas modlić się!)

IMG_christ_en_priereNous voici réunis cette semaine pour apprendre à prier ensemble.

Il est parfois difficile de trouver les mots justes pour parler à Dieu. Les disciples de Jésus l’avaient bien compris, eux qui demandaient à leur Maître: “Apprends-nous à prier”. Et Jésus leur livre la prière du “Notre Père”. Une prière qui nous apprend à nous tourner vers Dieu pour le glorifier avant de lui présenter nos demandes.

Nous ne demandons pas la même chose à un parent, à un enfant, à un ami ou à un chef d’entreprise. La prière de demande s’adresse à Dieu que l’on appelle “Père” (“Abba” en araméen, mot dont une meilleure traduction serait “Mon petit Papa chéri!”). Mais il ne s’agit pas de demander n’importe quoi à Dieu notre Père.

Jésus nous indique les objets de notre demande. D’abord, que Dieu soit reconnu comme Dieu et que son projet d’amour sur le monde soit mis en œuvre. Ensuite, nous lui demandons ce qui est vital pour nous: la nourriture pour vivre, le pardon pour aimer, la liberté pour tenir debout.

Voilà les demandes essentielles. Alors n’hésitons pas à insister. Si nous lui demandons cela, il ne peut rester sourd.

Bernard Vollerin

————————————————————————————————-

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc (Lc 11, 1-13)

01  Un jour, quelque part, Jésus était en prière. Quand il eut terminé, un de ses disciples lui demanda : « Seigneur, apprends-nous à prier, comme Jean Baptiste l’a appris à ses disciples. »
02  Il leur répondit : « Quand vous priez, dites : ‘Père, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne.
03  Donne-nous le pain dont nous avons besoin pour chaque jour.
04  Pardonne-nous nos péchés, car nous-mêmes nous pardonnons à tous ceux qui ont des torts envers nous. Et ne nous soumets pas à la tentation.’ »
05  Jésus leur dit encore : « Supposons que l’un de vous ait un ami et aille le trouver en pleine nuit pour lui demander : ‘Mon ami, prête-moi trois pains :
06  un de mes amis arrive de voyage, et je n’ai rien à lui offrir.’
07  Et si, de l’intérieur, l’autre lui répond : ‘Ne viens pas me tourmenter ! Maintenant, la porte est fermée ; mes enfants et moi, nous sommes couchés. Je ne puis pas me lever pour te donner du pain’
08  moi, je vous l’affirme : même s’il ne se lève pas pour les donner par amitié, il se lèvera à cause du sans-gêne de cet ami, et il lui donnera tout ce qu’il lui faut.
09  Eh bien, moi, je vous dis : Demandez, vous obtiendrez ; cherchez, vous trouverez ; frappez, la porte vous sera ouverte.
10  Celui qui demande reçoit ; celui qui cherche trouve ; et pour celui qui frappe, la porte s’ouvre.
11  Quel père parmi vous donnerait un serpent à son fils qui lui demande un poisson ?
12  ou un scorpion, quand il demande un œuf ?
13  Si donc vous, qui êtes mauvais, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien plus le Père céleste donnera-t-il l’Esprit Saint à ceux qui le lui demandent ! »

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *