11ème dimanche du Temps Ordinaire – Année C

Personne n’est parfait !

(11éme dimanche du Temps Ordinaire, année C, (Luc 7, 36-50; 8, 1-3)

11ème dimanche du Temps ordinaire, Année C - PharisiensVous souvenez-vous de ce grand classique du cinéma américain « Certains l’aiment chaud » de Billy Wilder ? Au-delà des cinq Oscars qu’il a obtenus en 1960, il reste célèbre par le dialogue qui prend place tout à la fin du film entre Daphnée, un homme déguisé en femme pour diverses raisons, et Osgood, un milliardaire avec son yacht de luxe qui veut à toute force épouser Daphnée. La fameuse Daphnée, en désespoir de cause et ayant tout essayé pour le persuader d’abandonner son projet, s’exclame : « Tu ne comprends pas, Osgood, je suis un homme ! » Et Osgood de répliquer tout en continuant à piloter son bateau : « Eh bien … personne n’est parfait !»

Les pharisiens de l’époque de Jésus, eux, se pensaient parfaits. Ils obéissaient à tous les préceptes de la Loi juive, se gardaient de toute impureté, avaient belle façon et étaient pétris de bonnes manières. Et Jésus qui avait le talent de pointer du doigt leurs imperfections et de révéler leurs faiblesses s’attirait bien souvent leurs foudres.

Par contre, la prostituée dont il est question dans l’Évangile d’aujourd’hui, elle, ne se fait aucune illusion : elle se sait dans le péché, elle connait ses erreurs et ses défauts, et c’est en pleurs qu’elle demande à Jésus de la sortir de l’ornière.

Nous sommes dans une situation triangulaire un peu bizarre avec Jésus placé face à deux personnes aux antipodes l’une de l’autre, l’une incarnant un soi-disant idéal et l’autre se trouvant accablée de toutes les turpitudes. Ce qui relie l’ensemble, c’est le message d’amour que Jésus propose. Un amour des uns pour les autres, d’où qu’ils viennent et aussi imparfaits soient-ils, un amour qui modifie notre perception des choses, un amour qui en fin de compte change notre vie.

Si la prostituée s’invite chez Simon le pharisien, c’est parce qu’elle sent intuitivement que sa rencontre avec le Christ peut effectivement changer sa vie : elle pense qu’elle sera traitée avec respect et compassion au lieu d’être trainée dans la boue. Si de son côté le pharisien accepte la présence de cette prostituée, c’est qu’il se croit au-dessus de tout ça. Ce qui ne l’empêche pas de recevoir une volée de bois vert et de prendre une bonne leçon de modestie et d’humilité lorsque Jésus lui fait comprendre qu’il n’a pas le monopole du cœur.

Ainsi donc, personne n’est parfait ! Pour changer, pour nous améliorer, suivons le chemin d’amour que nous trace Jésus. Ce chemin est éclairé par les étoiles de notre foi et elles illuminent nos âmes tout au long de ce parcours qui nous conduit à lui.

BV

Évangile de Jésus selon Saint Luc (7, 36-50 ; 8, 1-3)

Chapitre 7 :

36 Un pharisien avait invité Jésus à manger avec lui. Jésus entra chez lui et prit place à table.

37 Survint une femme de la ville, une pécheresse. Elle avait appris que Jésus mangeait chez le pharisien, et elle apportait un vase précieux plein de parfum.

38 Tout en pleurs, elle se tenait derrière lui, à ses pieds, et ses larmes mouillaient les pieds de Jésus. Elle les essuyait avec ses cheveux, les couvrait de baisers et y versait le parfum.

39 En voyant cela, le pharisien qui avait invité Jésus se dit en lui-même : « Si cet homme était prophète, il saurait qui est cette femme qui le touche, et ce qu’elle est : une pécheresse. »

40 Jésus prit la parole : « Simon, j’ai quelque chose à te dire. – Parle, Maître. »

41 Jésus reprit : « Un créancier avait deux débiteurs ; le premier lui devait cinq cents pièces d’argent, l’autre cinquante.

42 Comme ni l’un ni l’autre ne pouvait rembourser, il remit à tous deux leur dette. Lequel des deux l’aimera davantage ? »

43 Simon répondit : « C’est celui à qui il a remis davantage, il me semble. — Tu as raison », lui dit Jésus.

44 Il se tourna vers la femme, en disant à Simon : « Tu vois cette femme ? Je suis entré chez toi, et tu ne m’as pas versé d’eau sur les pieds ; elle, elle les a mouillés de ses larmes et essuyés avec ses cheveux.

45 Tu ne m’as pas embrassé ; elle, depuis son entrée, elle n’a pas cessé d’embrasser mes pieds.

46 Tu ne m’as pas versé de parfum sur la tête ; elle, elle m’a versé un parfum précieux sur les pieds.

47 Je te le dis : si ses péchés, ses nombreux péchés, sont pardonnés, c’est à cause de son grand amour. Mais celui à qui on pardonne peu montre peu d’amour. »

48 Puis il s’adressa à la femme : « Tes péchés sont pardonnés. »

49 Les invités se dirent : « Qui est cet homme, qui va jusqu’à pardonner les péchés ? »

50 Jésus dit alors à la femme : « Ta foi t’a sauvée. Va en paix ! »

Chapitre 8 :

01 Ensuite Jésus passait à travers villes et villages, proclamant la Bonne Nouvelle du règne de Dieu. Les Douze l’accompagnaient,

02 ainsi que des femmes qu’il avait délivrées d’esprits mauvais et guéries de leurs maladies : Marie, appelée Madeleine (qui avait été libérée de sept démons),

03 Jeanne, femme de Kouza, l’intendant d’Hérode, Suzanne, et beaucoup d’autres, qui les aidaient de leurs ressources.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *