Google+

Le sang de l’Alliance

(Saint Sacrement du Corps et du Sang du Christ, année B, Marc 14, 12-16 ; 22-26)

IMG_st-sacrement-B-le-sang-de-l-allianceTout ce passe juste avant l’arrestation de Jésus : il réunit une dernière fois ses amis, il sait qu’il est recherché et que ses heures sont comptées. Il lui faut lancer un message fort pour que ses amis comprennent qu’il est la Nouvelle Alliance avec Dieu, qu’il est le seul médiateur entre Dieu et les Hommes.

Pour cela il emploie le symbole du sang que les juifs connaissent bien. Car pour eux, le sang versé est celui que l’on retrouve dans les trois Alliances de l’Ancien Testament, celles de Noé et d’Abraham, et celle de Moïse au Sinaï (Livre de l’Exode 24, 3-8).

Au Sinaï, Moïse prend le sang, en asperge le peuple et dit : « Voici le sang de l’Alliance que, sur la base de toutes ses paroles, le Seigneur a conclue avec vous. » Offrir des holocaustes, immoler de jeunes taureaux en sacrifice de paix : voila la façon dont les juifs de l’époque mettaient en pratique cet usage du sang qui devait être versé pour sceller Alliance avec Dieu et les protéger, comme il était sensé protéger les maisons que l’on aspergeait. Le sang était versé, mais jamais bu.

Ici, Jésus emploie un langage nouveau : le sang dont il parle n’est pas celui d’un animal sacrifié, mais c’est son propre sang dont il s’agit, le sang qui coulera lorsqu’il va s’offrir lui-même en sacrifice pour réconcilier Dieu et les hommes. Il propose à ses amis de boire à la coupe emplie de vin, comme ils boiraient son sang pour sceller ainsi une Nouvelle Alliance éternelle.

Pour nous, aujourd’hui, qu’en est-il ? Comment interpréter tout cela ? Simplement en disant que boire à la coupe, c’est affermir cette Nouvelle Alliance avec le Christ et accomplir ainsi un rite qui exprime notre communion de vie entre Dieu et nous, son peuple.

Bernard

Evangile de Jésus-Christ selon saint Marc (Mc 14, 12-16 ; 22-26)

12 Le premier jour de la fête des pains sans levain, où l’on immolait l’agneau pascal, les disciples de Jésus lui disent : « Où veux-tu que nous allions faire les préparatifs pour ton repas pascal ? »

13 Il envoie deux disciples : « Allez à la ville ; vous y rencontrerez un homme portant une cruche d’eau. Suivez-le.

14 Et là où il entrera, dites au propriétaire : ‘Le maître te fait dire : Où est la salle où je pourrai manger la Pâque avec mes disciples ?’

15 Il vous montrera, à l’étage, une grande pièce toute prête pour un repas. Faites-y pour nous les préparatifs. »

16 Les disciples partirent, allèrent en ville ; tout se passa comme Jésus le leur avait dit ; et ils préparèrent la Pâque.

…………..

22 Pendant le repas, Jésus prit du pain, prononça la bénédiction, le rompit, et le leur donna, en disant : « Prenez, ceci est mon corps. »

23 Puis, prenant une coupe et rendant grâce, il la leur donna, et ils en burent tous.

24 Et il leur dit : « Ceci est mon sang, le sang de l’Alliance, répandu pour la multitude.

25 Amen, je vous le dis : je ne boirai plus du fruit de la vigne, jusqu’à ce jour où je boirai un vin nouveau dans le royaume de Dieu. »

26 Après avoir chanté les psaumes, ils partirent pour le mont des Oliviers.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *