Google+

Restez fidèles à sa Parole !

(Pentecôte, année C, Jean 14, 15-16. 23b-26)

PentecoteC’est ce que nous devrions annoncer à la ronde à grands coups de trompettes ! Car finalement s’il y a une chose à retenir de l’enseignement des Évangiles c’est bien celle-là. Et la Parole de Jésus est d’une telle limpidité que cela rend, à mon sens, superflues toutes les formes d’exégèse qui ont occupé tant et tant de théologiens. En effet, pourquoi présenter les choses de manière compliquée ?

Jésus, lui, très simplement, faisait le bien autour de lui, aidait les pauvres et les laissés pour compte, et … il nous parlait de son Père. Dans la société où il vivait à l’époque, de plus sous l’occupation des romains, son message avait de quoi surprendre. Jésus agaçait fortement les scribes, les publicains et autres pharisiens qui, au début, pensaient avoir affaire au fils d’un quelconque charpentier assez obscur de Nazareth et qui par la suite comprirent la dimension extraordinaire du message du Christ.

Car la Parole de Jésus est faite, en somme, de choses simples. On y trouve des maîtres-mots tels que amour, miséricorde, douceur, justice, paix, et réconciliation, que l’on peut compléter par des appels comme être pur de cœur, respecter la vie d’autrui, prier pour ceux qui font du mal, ou encore essayer de comprendre au lieu de juger. Tout cet enseignement constitue, en fait, l’essentiel du fameux « Discours sur la montagne » que nous rapporte Matthieu*.

Apparemment donc, n’en déplaise à ces fameux scribes, publicains ou pharisiens : rien de révolutionnaire dans tout cela mais un message clair et direct nous donnant une sorte de « marche à suivre ». Jésus a été le premier à tracer ainsi la voie et une bonne partie de la planète a tenté, hier comme aujourd’hui, d’adopter son enseignement. Cependant les résultats ne sont pas toujours là. Les humains comme les états dont ils font partie se fourvoient souvent sur des chemins de traverse où, par exemple, les valeurs de justice, de paix ou de respect de la vie d’autrui ne pèsent pas bien lourd.

Le Christ nous demande qu’en dépit de tout cela nous restions ses disciples. Que dans nos obscurités nous gardions les yeux fixés sur les étoiles qu’il a accrochées dans notre ciel et qu’au milieu du brouhaha qui nous entoure nous n’écoutions que sa voix qui nous glisse à l’oreille : « Tiens bon ! Ne cède pas aux turpitudes de ton temps, reste fidèle à ma parole et suis moi. »

Bernard Vollerin

*Évangile selon Saint Matthieu, chapitre 5, versets 1-48

Évangile de Saint Jean 14, 15-16. 23b-26

À l’heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il disait à ses disciples :

15 « Si vous m’aimez, vous resterez fidèles à mes commandements.

16 Moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre Défenseur qui sera pour toujours avec vous : c’est l’Esprit de vérité. »

23b « Si quelqu’un m’aime, il restera fidèle à ma parole ; mon Père l’aimera, nous viendrons chez lui, nous irons demeurer auprès de lui.

24 Celui qui ne m’aime pas ne restera pas fidèle à mes paroles. Or, la parole que vous entendez n’est pas de moi : elle est du Père, qui m’a envoyé.

25 Je vous dis tout cela pendant que je demeure encore avec vous ;

26 mais le Défenseur, l’Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit.»


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *