Google+

L’école buissonnière

(4ème dimanche de Carême, année B, Jean 3, 14-21)

(Traduction en polonais)

IMG_4eme-careme-B-ecole-buissonniere

Vous souvenez vous ? Oui, quand nous avions peut-être huit ou dix ans… Que c’était bon de s’enfuir à travers champs ou dans le dédale des rues pour profiter d’une liberté qui nous semblait refusée, une liberté de faire un peu tout et n’importe quoi en choisissant dans la panoplie des choses interdites.

Quand je « séchais » les cours, je me souviens que c’était excitant sur le moment, mais ensuite venait les temps des regrets, car je sentais bien que j’avais rompu le lien de confiance entre mes parents ou mon instituteur et moi. Au fond, tout bien pesé, cela valait-il la peine de me cacher pour prendre les chemins de traverse ?

Et bien Jean, en termes simples, nous dit en fait la même chose. Il en vient à l’essentiel sur l’attitude de l’homme : les ténèbres complices sont un peu comme l’école buissonnière. Elles sont là pour cacher les faiblesses et les inconduites de l’homme, alors que la lumière de la Parole de Jésus est si crue qu’elle lui fait craindre des reproches. La peur d’être jugé le laisse parfois pourrir au tréfonds de lui-même, recroquevillé sur son péché.

Et vous ? Vous cachez-vous dans les ténèbres ? Avez-vous peur de la lumière de Dieu, de son jugement ? Si vous répondez oui, vous avez tord : sachez qu’il n’y a rien que Dieu ne puisse pardonner car son cœur est immense. La seule chose qu’il demande à ceux qui ont sombré dans les ténèbres, c’est d’accepter de revenir vers la lumière qu’il nous offre. Tout simplement.

Bernard

Evangile de Jésus-Christ selon saint Jean (Jn 3, 14-21)

 

14  De même que le serpent de bronze fut élevé par Moïse dans le désert, ainsi faut-il que le Fils de l’homme soit élevé,
15  afin que tout homme qui croit obtienne par lui la vie éternelle.
16  Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique : ainsi tout homme qui croit en lui ne périra pas, mais il obtiendra la vie éternelle.
17  Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé.
18  Celui qui croit en lui échappe au Jugement, celui qui ne veut pas croire est déjà jugé, parce qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu.
19  Et le Jugement, le voici : quand la lumière est venue dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs œuvres étaient mauvaises.
20  En effet, tout homme qui fait le mal déteste la lumière : il ne vient pas à la lumière, de peur que ses œuvres ne lui soient reprochées ;
21  mais celui qui agit selon la vérité vient à la lumière, afin que ses œuvres soient reconnues comme des œuvres de Dieu. »


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *