Google+

Reconnaître Jésus

(3ème dimanche de Pâques, Année A, Luc 24, 13-35)

———————————————————————————–

(Traduction en polonais)

IMG_chemin_d_emmausDeux hommes marchent sur une route peu fréquentée. Ils rentrent chez eux et ils voudraient que cette route soit déserte pour être en paix. Car leurs esprits sont troublés : la tristesse et le découragement se mêlent au doute. Jésus, leur maître, est mort par la faute des chefs des prêtres et des dirigeants, mais on le dit « ressuscité », chose qu’ils ne comprennent pas.

Ils ne reconnaissent pas tout de suite Jésus qui les rejoint sur cette route. Jésus écoute d’abord avant de parler. Il veut connaître les attentes de ses disciples, il veut savoir d’eux ce qu’ils espèrent. Puis il leur parle, il leur donne un magistral résumé des Écritures et leur explique pourquoi tout cela devait arriver.

Le décor est planté. Car c’est ce qui se passe ensuite qui est le plus important.

En effet, le tournant de cette rencontre se situe au moment précis où « Jésus fit semblant d’aller plus loin », les deux hommes s’efforçant de le retenir en disant « Reste avec nous. » Car Jésus ne s’impose pas, comme d’ailleurs Dieu ne s’impose pas. Jésus fait mine de poursuivre son chemin pour voir s’il sera invité à se rapprocher de ses disciples, à pénétrer non seulement leur maison mais aussi leur cœur.

Nous cheminons tous sur des routes souvent encombrées et tortueuses. Certains diront que la route d’Emmaüs est un peu celle que nous empruntons lorsque, comme les disciples, nous sommes découragés, anxieux, voire déprimés. C’est sur cette route que nous rencontrons le Christ, peut-être sans le reconnaître de suite. Il nous appartient de lui dire « Reste avec nous. »

La route d’Emmaüs c’est le parcours de nos épreuves. Le Christ vient marcher à nos côtés et nous écoutons sa Parole. Il ne nous reste plus qu’à l’inviter à entrer au fond de nous-mêmes pour que sa Parole soit nôtre.

Reconnaître Jésus dans notre vie de tous les jours, c’est aussi rencontrer ces « inconnus » autour de nous, partager quelques paroles, un moment de contact, puis plus : partager nos joies, nos peines, nos attentes, un morceau de pain ensemble. La route d’Emmaüs est une route d’ouverture, une route de partage.

Le Christ se manifestera à ceux qui accueillent, écoutent et partagent. A ceux qui communient avec autrui. En ouvrant nos cœurs nous aurons une chance de rencontrer le Christ ressuscité. Si nous ne l’invitons pas chez nous, à notre table, dans notre cœur, il ne se révélera jamais. Accueillons-le pour qu’il nous parle et qu’il nous transmette sa Grâce.

Bernard Vollerin

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc (Lc 24, 13-35)

13i  Le troisième jour après la mort de Jésus, deux disciples faisaient route vers un village appelé Emmaüs, à deux heures de marche de Jérusalem,

14  et ils parlaient ensemble de tout ce qui s’était passé.

15  Or, tandis qu’ils parlaient et discutaient, Jésus lui-même s’approcha, et il marchait avec eux.

16  Mais leurs yeux étaient aveuglés, et ils ne le reconnaissaient pas.
17  Jésus leur dit : « De quoi causiez-vous donc, tout en marchant ? » Alors, ils s’arrêtèrent, tout tristes.
18  L’un des deux, nommé Cléophas, répondit : « Tu es bien le seul de tous ceux qui étaient à Jérusalem à ignorer les événements de ces jours-ci. »
19  Il leur dit : « Quels événements ? » Ils lui répondirent : « Ce qui est arrivé à Jésus de Nazareth : cet homme était un prophète puissant par ses actes et ses paroles devant Dieu et devant tout le peuple.
20  Les chefs des prêtres et nos dirigeants l’ont livré, ils l’ont fait condamner à mort et ils l’ont crucifié.
21  Et nous qui espérions qu’il serait le libérateur d’Israël ! Avec tout cela, voici déjà le troisième jour qui passe depuis que c’est arrivé.
22  A vrai dire, nous avons été bouleversés par quelques femmes de notre groupe. Elles sont allées au tombeau de très bonne heure,
23  et elles n’ont pas trouvé son corps ; elles sont même venues nous dire qu’elles avaient eu une apparition : des anges, qui disaient qu’il est vivant.
24  Quelques-uns de nos compagnons sont allés au tombeau, et ils ont trouvé les choses comme les femmes l’avaient dit ; mais lui, ils ne l’ont pas vu. »
25  Il leur dit alors : « Vous n’avez donc pas compris ! Comme votre cœur est lent à croire tout ce qu’ont dit les prophètes !
26  Ne fallait-il pas que le Messie souffrît tout cela pour entrer dans sa gloire ? »
27  Et, en partant de Moïse et de tous les Prophètes, il leur expliqua, dans toute l’Écriture, ce qui le concernait.
28  Quand ils approchèrent du village où ils se rendaient, Jésus fit semblant d’aller plus loin.
29  Mais ils s’efforcèrent de le retenir : « Reste avec nous : le soir approche et déjà le jour baisse. » Il entra donc pour rester avec eux.
30  Quand il fut à table avec eux, il prit le pain, dit la bénédiction, le rompit et le leur donna.
31  Alors leurs yeux s’ouvrirent, et ils le reconnurent, mais il disparut à leurs regards.
32  Alors ils se dirent l’un à l’autre : « Notre cœur n’était-il pas brûlant en nous, tandis qu’il nous parlait sur la route, et qu’il nous faisait comprendre les Écritures ? »
33  A l’instant même, ils se levèrent et retournèrent à Jérusalem. Ils y trouvèrent réunis les onze Apôtres et leurs compagnons, qui leur dirent :
34  « C’est vrai ! le Seigneur est ressuscité : il est apparu à Simon-Pierre. »
35  A leur tour, ils racontaient ce qui s’était passé sur la route, et comment ils l’avaient reconnu quand il avait rompu le pain.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *