Google+

Le baptême, le désert et la conversion

(1er dimanche de Carême, année B, Marc 1, 12-15)

IMG_desertLe périple que suit Jésus après son baptême est un peu comme notre existence sur cette terre. Nous sommes baptisés, puis plongés dans la vie avec tous ses désordres et les déserts que souvent nous traversons et puis, pour les plus heureux d’entre nous, vient la conversion.

Notre baptême, lorsqu’il est reçu très tôt, est souvent comme une graine qui ne germe pas. En fait, c’est une étape assez brève dont nous ne percevons souvent pas très bien le sens si autour de nous nos parents ou nos proches n’apportent pas le terreau nécessaire à l’épanouissement de notre foi. Malgré tout, quand nous sommes face à nous-mêmes, nous sentons bien que le baptême ouvre en nous le grand questionnement du sens de notre existence. Mais les choses peuvent parfois simplement en rester là.

Puis vient l’âge adulte, et alors les affaires se compliquent passablement. Nous passons par toutes sortes d’étapes faites d’Amour, bien sûr, mais parfois aussi de rencontres avec le Mal, des rencontres faites de désordres, de plaies à l’âme et de tout ce qu’il y a de moche sur cette planète. Ce sont les déserts que nous devons affronter.

Notre vie sur la terre oscille entre la tentation du Mal et l’appel du Christ à la conversion. Nous livrons un combat quasi permanent au fond de nous même, comme Jésus l’a vécu dans le désert. Notre conversion n’est d’ailleurs pas une chose acquise. Elle est remise en question chaque fois que nous laissons le Malin s’introduire dans les failles de nos faiblesses pour nous faire chanceler !

Finalement, au terme de cette longue route, lorsque notre foi s’affermit, notre conversion prend tout son sens : nous nous mettrons avec bonheur à l’écoute de la Parole de Dieu transmise à travers Jésus. C’est là qu’est le vrai chemin.

Bernard Vollerin

Evangile de Jésus-Christ selon saint Marc (Mc 1, 12-15)

12i  Jésus venait d’être baptisé. Aussitôt l’Esprit le pousse au désert.
13  Et dans le désert il resta quarante jours, tenté par Satan. Il vivait parmi les bêtes sauvages, et les anges le servaient.
14  Après l’arrestation de Jean Baptiste, Jésus partit pour la Galilée proclamer la Bonne Nouvelle de Dieu ; il disait :
15  « Les temps sont accomplis : le règne de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle. »


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *