Google+

« Brebis cherche berger »

(16ème dimanche du Temps Ordinaire, année B, Marc 6, 30-34)

————————————————————

IMG_16eme_TO_B_brebis_cherche_bergerVoila le genre de phrase que l’on pourrait voir dans les petites annonces d’un quotidien, et l’on pourrait même y ajouter : « Intermédiaires s’abstenir » !

N’est-ce pas le cas, nous qui cherchons en Jésus le Christ le berger qui viendra nous donner la paix intérieure, avec la compassion dont il a fait preuve tout au cours de son ministère ?

Citons ce passage de l’Evangile de Matthieu (11, 28-29) :

En ce temps-là, Jésus prit la parole: “Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos.

Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos. »

L’appel est clair : nous les brebis qui cherchons un berger, nous les « paumés » de la société actuelle façonnée par l’arrogance des puissants et la brutalité des uns et des autres qui se banalise de plus en plus, allons vers Jésus, car il est doux et humble de cœur.

Sur cette planète, il y a ceux qui ne cherchent rien. Ils nous rabâchent sans cesse : «  Un berger, pourquoi faire ? Tout roule pour moi et je profite de la vie à fond ! » Puis il y a ceux qui suivent de faux bergers comme l’argent ou le pouvoir qui sont censés les mettre à l’abri de tout, et souvent leur désillusion est grande. Et puis il y a ceux qui, comme nous, cherchons autre chose, et croyez-moi : si vous cherchez le Christ, il est au milieu de nous tous, au milieu de toutes ces foules désorientées qui veulent donner un sens à leur vie.

Suivons ce berger qui nous a apporté un message nouveau il y a 2000 ans, un message qui ne s’est jamais démenti et qui nous va droit au cœur.

Bernard

Evangile de Jésus-Christ selon saint Marc (Mc 6, 30-34)

30i  Après leur première mission, les Apôtres se réunissent auprès de Jésus, et lui rapportent tout ce qu’ils ont fait et enseigné.
31  Il leur dit : « Venez à l’écart dans un endroit désert, et reposez-vous un peu. » De fait, les arrivants et les partants étaient si nombreux qu’on n’avait même pas le temps de manger.
32  Ils partirent donc dans la barque pour un endroit désert, à l’écart.
33  Les gens les virent s’éloigner, et beaucoup les reconnurent. Alors, à pied, de toutes les villes, ils coururent là-bas et arrivèrent avant eux.
34  En débarquant, Jésus vit une grande foule. Il fut saisi de pitié envers eux, parce qu’ils étaient comme des brebis sans berger. Alors, il se mit à les instruire longuement.