1er dimanche de Carême – Année A

La Tentation, le Péché et la Mort

(1er dimanche de Carême, année A, Matthieu 4, 1-11)

————————————————————————————-

(Traduction en polonais de Joanna S.)

IMG_tentation_christEst-ce inéluctable? Sommes-nous condamnés à ne pas pouvoir éviter les tentations qui nous conduisent au péché et à la mort?

«Tout cela, je te le donnerai, si tu te prosternes pour m’adorer.» Il est certain que les mots de Satan sont d’actualité ! Ils sont légion les « royaumes du monde avec leur gloire » que les as du marketing, les vendeurs de rêve et autres bonimenteurs de notre société de consommation font miroiter devant nos yeux. Et, bien pire, devant les yeux de nos enfants : ils sont vulnérables, tout s’emmêle dans leur tête et ils ne voient pas très bien la distance qui sépare les mirages de la réalité. Notre société devient de plus en plus un tissu de tentations…et rien d’autre.

De la tentation au péché, il n’y a qu’un pas. La lecture du Livre de la Genèse d’aujourd’hui l’illustre bien, avec la symbolique du jardin d’Éden, avec Adam par qui « le péché est entré dans le monde.» Succombons-nous aux tentations qui conduisent au péché ? Bien sûr pas les tentations « simples et ordinaires » comme avoir envie d’un gâteau ! Mais les choses plus fondamentales comme la tentation du pouvoir pour certains, le désir de paraître, pour d’autres, ou encore l’individualisme égoïste qui ronge notre société.

Franchir le pas, se laisser aller à nos tentations avouées ou non, fait de nous des pécheurs car nous perdons de vue l’essentiel : les enseignements du Christ. Si nous ne savons pas dire comme lui « Arrière, Satan ! » le péché s’empare de nous. A la promesse du serpent du livre de la Genèse « vos yeux s’ouvriront, et vous serez comme des Dieux » succède bien vite le regret, le remords et la honte. Puis, comme Adam et Ève qui « connurent qu’ils étaient nus », notre faute, notre péché fait de nous des êtres de peu de bien. Par notre faute, nous nous condamnons, nous entrons dans la mort, celle du cœur, celle de l’Âme.

En cette période de début de Carême, il nous faut retrouver nos repères dans le Christ, aller au désert, prendre conscience des tentations qui sont les nôtres et se tourner vers Dieu pour lui rendre grâce de nous avoir donné son fils venu nous sauver.

Bernard Vollerin

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu (Mt 4, 1-11)

01i  Jésus, après son baptême, fut conduit au désert par l’Esprit pour être tenté par le démon.
02  Après avoir jeûné quarante jours et quarante nuits, il eut faim.
03  Le tentateur s’approcha et lui dit : « Si tu es le Fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent des pains. »
04  Mais Jésus répondit : « Il est écrit : Ce n’est pas seulement de pain que l’homme doit vivre, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu. »
05  Alors le démon l’emmène à la ville sainte, à Jérusalem, le place au sommet du Temple
06  et lui dit : « Si tu es le Fils de Dieu, jette-toi en bas ; car il est écrit : Il donnera pour toi des ordres à ses anges, et : Ils te porteront sur leurs mains, de peur que ton pied ne heurte une pierre. »
07  Jésus lui déclara : « Il est encore écrit : Tu ne mettras pas à l’épreuve le Seigneur ton Dieu. »
08  Le démon l’emmène encore sur une très haute montagne et lui fait voir tous les royaumes du monde avec leur gloire.
09  Il lui dit : « Tout cela, je te le donnerai, si tu te prosternes pour m’adorer. »
10  Alors, Jésus lui dit : « Arrière, Satan ! car il est écrit : C’est devant le Seigneur ton Dieu que tu te prosterneras, et c’est lui seul que tu adoreras. »
11  Alors le démon le quitte. Voici que des anges s’approchèrent de lui, et ils le servaient.