Saint Pierre & Saint Paul (29 juin) – Années A-B-C

Pierre, le pêcheur de Galilée

(29 juin, St Pierre et St Paul, année A-B-C, Matthieu 16, 13-19)

Pierre pêcheur de GaliléeCe pêcheur de Galilée rencontre Jésus « par hasard ». Il l’accueille dans sa maison de Capharnaüm. Le courant passe. Jésus l’appellera « Képha », qui en araméen veut dire « rocher », traduit de proche en proche en Petrus puis en Pierre.

Pierre a suivi Jésus sur tout son parcours, agissant peut-être au début par pur instinct, mais renforçant sa foi toute intérieure jour après jour, convaincu de la divinité de Jésus, le messie de Dieu.

C’est lui, cet homme sans culture, ce fruste, qui dira à Jésus quelques années plus tard cette parole magnifique : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant.» Pierre s’est senti appelé pour venir à la suite du Christ, comme nous sommes appelés à mettre nos pas dans les siens, en renonçant à nous-mêmes et en prenant notre croix.

Ce « Pêcheur de Galilée » aura finalement fait de nous des engagés, nous qui comme lui avons laissé là nos filets pour aller « annoncer, célébrer et servir » la Parole du Christ autour de nous, avec humilité, mais aussi avec la détermination que nous donne notre foi.

Bernard Vollerin

Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu (Mt 16, 13-19)
13  Jésus était venu dans la région de Césarée-de-Philippe, et il demandait à ses disciples : « Le Fils de l’homme, qui est-il, d’après ce que disent les hommes ? »
14  Ils répondirent : « Pour les uns, il est Jean Baptiste ; pour d’autres, Élie ; pour d’autres encore, Jérémie ou l’un des prophètes. »
15  Jésus leur dit : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? »
16  Prenant la parole, Simon-Pierre déclara : « Tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant ! »
17  Prenant la parole à son tour, Jésus lui déclara : « Heureux es-tu, Simon fils de Yonas : ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux.
18  Et moi, je te le déclare : Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église ; et la puissance de la Mort ne l’emportera pas sur elle.
19  Je te donnerai les clefs du Royaume des cieux : tout ce que tu auras lié sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu auras délié sur la terre sera délié dans les cieux. »

2ème dimanche du Temps Ordinaire – Année B

La rencontre

(2ème dimanche du Temps Ordinaire, année B, Jean 1, 35-42)

IMG_Jesus_PierreJean le Baptiste, regardant Jésus, déclare à deux de ses disciples : «Voici l’Agneau de Dieu. » Jean, ce prophète hirsute et inquiétant qui invective volontiers ceux qui l’approchent, rude et si prompt à la menace, tombe quasiment en extase devant Jésus. À ce stade, il ne soupçonne pas encore la portée du message que va nous apporter le Messie. Il s’attendait à un envoyé de Dieu un peu à son image, jugeant et condamnant de tous côtés : il va découvrir, petit à petit, un Jésus prêchant Amour et Pardon.

André, l’un des deux disciples, fasciné lui-aussi par Jésus, a pour frère Simon, un pêcheur qui habite Capharnaüm en Galilée. Il le présente à Jésus qui plonge son regard au fond de l’âme de Simon. Jésus lui dit simplement : « Tu t’appelleras Képha», ce qui en araméen veut dire « rocher », traduit de proche en proche en Petrus puis en Pierre.

Simon devient donc Simon-Pierre, puis Pierre, lui qui est là et qui n’a rien demandé ! Jean le Baptiste s’efface devant Jésus et Pierre prend, un peu malgré lui, le rôle de « second ». Nous savons qu’il suivra Jésus sur tout son parcours. Il agira peut-être au début par pur instinct, mais il renforcera sa foi toute intérieure jour après jour, convaincu de la divinité de Jésus, le messie de Dieu. C’est à lui, cet homme sans culture, ce fruste, que Jésus confiera plus tard la charge de son Eglise.

Cette première rencontre est capitale. A partir de là, au cours de la vie de Jésus sur terre, nous verrons la relation entre Jésus et Pierre se développer, mais aussi passer par des hauts et des bas et même osciller entre reniement et amour.

Ce qui arrive à Pierre, disciple de la première heure, peut nous arriver à tous, n’importe où et n’importe quand, car nous sommes tous appelés par le Christ à devenir des « rochers », des « Képhas » !

Rencontrer la Parole du Christ, la faire nôtre et la faire connaitre autour de nous : voila la mission qui nous est confiée.

Bernard Vollerin

Evangile de Jésus-Christ selon saint Jean (Jn 1, 35-42)

35i  Jean Baptiste se trouvait avec deux de ses disciples.
36  Posant son regard sur Jésus qui allait et venait, il dit : « Voici l’Agneau de Dieu. »
37  Les deux disciples entendirent cette parole, et ils suivirent Jésus.
38  Celui-ci se retourna, vit qu’ils le suivaient, et leur dit : « Que cherchez-vous ? » Ils lui répondirent : « Rabbi (c’est-à-dire : Maître), où demeures-tu ? »
39  Il leur dit : « Venez, et vous verrez. » Ils l’accompagnèrent, ils virent où il demeurait, et ils restèrent auprès de lui ce jour-là. C’était vers quatre heures du soir.
40  André, le frère de Simon-Pierre, était l’un des deux disciples qui avaient entendu Jean Baptiste et qui avaient suivi Jésus.
41  Il trouve d’abord son frère Simon et lui dit : « Nous avons trouvé le Messie (autrement dit : le Christ).
42  André amena son frère à Jésus. Jésus posa son regard sur lui et dit : « Tu es Simon, fils de Jean ; tu t’appelleras Képha » (ce qui veut dire : pierre).