21ème dimanche du Temps Ordinaire – Année B

Chair et esprit

(21ème dimanche du Temps Ordinaire, année B, Jean 6, 60-69)

————————————————————
IMG_21eme dimanche_TO_B chair et esprit« C’est l’esprit qui fait vivre, la chair n’est capable de rien. » Cette citation des paroles de Jésus par Jean (6, 63) alimente bien des débats autour du rôle et du devenir de l’homme sur cette planète.

C’est une antinomie d’importance qui renvoie deux mondes dos à dos : les matérialistes qui se cramponnent aux choses et à tout ce que peut accomplir « la chair », d’une part, et les sages qui s’attachent au sens profond des signes du temps, aux choses de « l’esprit », d’autre part. En employant d’autres mots, c’est aussi l’opposition entre « apparence » et « substance », certains passant leur vie à construire une société faite d’artifices de tous ordres, les autres s’attachant aux richesses qui sont en nous et que le Christ nous demande de développer.

A n’en pas douter, l’esprit fait vivre, car en regardant la misère intérieure qui transpire du regard des partisans de « la chair » on assiste à un spectacle proprement affligeant. Oui, ils s’amusent avec tous ces joujoux qu’ils acquièrent à grand frais : ils se « distraient », comme ils le disent… En fait, ils font tout pour ne pas voir la vérité en face. Comme une cloche fêlée, leur existence sonne faux. Ils ne s’enrichissent pas, ils bradent leur vie.

Ceux qui s’enrichissent sont ceux qui pensent avant tout à leur intérieur, à ce qu’ils sont vraiment. N’entend-t-on pas souvent dire à la sortie d’un spectacle, d’une conférence ou d’une exposition : « Ah, que c’est enrichissant ! » Pour nous qui accordons le plus d’importance à la substance des choses, les paroles que le Christ nous a transmises et l’Esprit qu’il nous a confié sont les éléments fondamentaux de notre foi et les lignes-guides de notre existence. En façonnant nos âmes, son Esprit nous fait réellement vivre.

Bernard Vollerin

Evangile de Jésus-Christ selon saint Jean (Jn 6, 60-69)

60i  Jésus avait dit dans la synagogue de Capharnaüm : « Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle. » Beaucoup de ses disciples, qui avaient entendu, s’écrièrent : « Ce qu’il dit là est intolérable, on ne peut pas continuer à l’écouter ! »
61  Jésus connaissait par lui-même ces récriminations des disciples. Il leur dit : « Cela vous heurte ?
62  Et quand vous verrez le Fils de l’homme monter là où il était auparavant ?…
63  C’est l’esprit qui fait vivre, la chair n’est capable de rien. Les paroles que je vous ai dites sont esprit et elles sont vie.
64  Mais il y en a parmi vous qui ne croient pas. » Jésus savait en effet depuis le commencement qui étaient ceux qui ne croyaient pas, et celui qui le livrerait.
65  Il ajouta : « Voilà pourquoi je vous ai dit que personne ne peut venir à moi si cela ne lui est pas donné par le Père. »
66  A partir de ce moment, beaucoup de ses disciples s’en allèrent et cessèrent de marcher avec lui.
67  Alors Jésus dit aux Douze : « Voulez-vous partir, vous aussi ? »
68  Simon-Pierre lui répondit : « Seigneur, vers qui pourrions-nous aller ? Tu as les paroles de la vie éternelle.
69  Quant à nous, nous croyons, et nous savons que tu es le Saint, le Saint de Dieu. »

Pentecôte – Année B

L’Esprit de Vérité nous fait vivre

(Pentecôte, année B, Jean 15, 26-27 ; 16, 12-15)

IMG_pentecote-B-esprit-de-veritePentecôte : un point de départ capital dans notre cheminement sur cette Terre où la présence de l’Esprit Saint, de l’Esprit de Vérité se substitue à celle de Jésus qui quitte ce monde. L’un prend le relais de l’autre et l’Esprit est donc la continuation de la Parole de Jésus.

Cet Esprit vient sur les disciples au moment où Jésus les quitte eux qui sont restés si fortement attachés à lui pendant les trois ou quatre ans où Jésus s’est révélé à eux. Mais qu’en est-il pour nous, 2000 ans après ? Comment vivre ce passage, nous qui n’avons, bien entendu, ni vu ni connu Jésus directement ?

Je crois que l’Esprit de Vérité, c’est ce qui façonne notre cœur et notre pensée lorsque nous nous imprégnons de la Parole du Christ qui nous est transmise par les Évangiles. Cette Parole, cet Esprit nous animent. L’Esprit, c’est comme une source d’énergie qui ne s’épuise jamais. Il nous donne aussi le jugement dont nous avons besoin pour vivre en chrétiens. Il transforme profondément notre être.

Dans sa Lettre aux Galates (5, 16-17), St Paul décrit très bien l’Esprit comme opposé à la chair :  « Frères, je vous le dis : vivez sous la conduite de l’Esprit de Dieu ; alors vous n’obéirez pas aux tendances égoïstes de la chair. Car les tendances de la chair s’opposent à l’esprit, et les tendances de l’esprit s’opposent à la chair. »

Et d’ajouter plus loin (5,22) : « Voici ce que produit l’esprit : amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, foi, humilité, maîtrise de soi. Face à tout cela il n’y a plus de loi qui tienne. L’Esprit nous fait vivre. » Voilà finalement ce que nous apporte l’Esprit : une façon de vivre.

Tous ces « choix de Vie » que nous avons faits lorsque nous vivons en chrétiens viennent de l’Esprit que nous recevons par la Parole du Christ. Nous croyons en Jésus notre Sauveur, et son Esprit de Vérité nous fait vivre.

Bernard

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean (Jn 15, 26-27; 16, 12-15)

26i  À l’heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il disait à ses disciples : « Quand viendra le Défenseur, que je vous enverrai d’auprès du Père, lui, l’Esprit de vérité qui procède du Père, il rendra témoignage en ma faveur.
27  Et vous aussi, vous rendrez témoignage, vous qui êtes avec moi depuis le commencement.

12  J’aurais encore beaucoup de choses à vous dire, mais pour l’instant vous n’avez pas la force de les porter.
13  Quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité, il vous guidera vers la vérité tout entière. En effet, ce qu’il dira ne viendra pas de lui-même : il redira tout ce qu’il aura entendu ; et ce qui va venir, il vous le fera connaître.
14  Il me glorifiera, car il reprendra ce qui vient de moi pour vous le faire connaître.
15  Tout ce qui appartient au Père est à moi ; voilà pourquoi je vous ai dit : Il reprend ce qui vient de moi pour vous le faire connaître.

Sainte Trinité – Année A

Dieu créateur, sauveur et soutien

(Sainte Trinité, Année A, Jean 3, 16-18)

IMG_sainte_triniteLorsque l’on essaie d’expliquer ce passage clé des Évangiles, la Sainte Trinité, ce n’est pas très simple ! Nombreux sommes nous à nous poser la question de la conjonction de trois éléments en une seule entité, un seul mystère : Dieu.

Car Dieu est un et trois à la fois. Comment cela ce peut-il ?!!? Mon petit neveu expliquait tout ça de façon simple, certains diront simpliste, mais qui a le mérite d’être pragmatique. Il comparait la combinaison de ces trois entités en une seule en disant : « Le Père, le Créateur, c’est un peu l’ingénieur qui a construit un moteur ; le Fils, le Sauveur, c’est le mécanicien qui est venu réparer ce moteur après que l’Homme en ait fait mauvais usage ; et le Saint Esprit, le Soutien, c’est le carburant qui fait marcher le moteur pour qu’il délivre toute sa puissance. Le tout sous le même capot ! » Intéressant, certes, mais il nous faut aller un peu plus loin.

Nous pensons souvent au pouvoir infini de Dieu, mais en oubliant parfois de voir également Dieu comme l’Esprit, le souffle, qui nous habite. Parallèlement à cela, Dieu se révèle en Jésus, un homme fait de chair et de sang, celui qui nous aime de façon concrète. La toute puissance de Dieu est donc Une : il se fait connaître à nous par Jésus le Seigneur, son envoyé, et par l’Esprit Saint qui est en nous et qui nous anime. Mais ce ne sont là que les facettes d’un Dieu unique.

C’est vers ce Dieu que montent nos prières, ce Dieu dont les trois facettes nous apparaissent tour à tour, comme un jeu de miroirs qui fait jaillir la grande lumière qui nous inonde.

Bernard Vollerin

 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean (Jn 3, 16-18)

16i  Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique : ainsi tout homme qui croit en lui ne périra pas, mais il obtiendra la vie éternelle.
17  Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé.
18  Celui qui croit en lui échappe au Jugement, celui qui ne veut pas croire est déjà jugé, parce qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu.