Sainte Trinité – Année C

L’Esprit de Vérité nous fait vivre

(Sainte Trinité, année C, Jean 16, 12-15)

(Texte en polonais, traduction de Joanna S)

Pentecôte est un point de départ capital dans notre cheminement sur cette Terre où la présence de l’Esprit Saint, de l’Esprit de Vérité se substitue à celle de Jésus qui quitte ce monde. L’un prend le relais de l’autre et cet Esprit est donc la continuation de la Parole de Jésus.

Cet Esprit vient sur les disciples au moment où Jésus les quitte, eux qui sont restés si fortement attachés à lui pendant les trois ou quatre ans alors qu’il se révélait au monde. Mais qu’en est-il pour nous, 2000 ans après, nous qui n’avons, bien entendu, ni vu ni connu Jésus directement ?

Je crois que l’Esprit de Vérité, c’est ce qui façonne notre cœur et notre pensée lorsque nous nous imprégnons de la Parole du Christ qui nous est transmise par les Évangiles. Cette Parole, cet Esprit nous animent. L’Esprit, c’est comme une source d’énergie qui ne s’épuise jamais. Il nous donne aussi le jugement dont nous avons besoin pour vivre en chrétiens. Il transforme profondément notre être.

Dans sa Lettre aux Galates (5, 16-17), St Paul décrit très bien l’Esprit comme opposé à la chair :  « Frères, je vous le dis : vivez sous la conduite de l’Esprit de Dieu ; alors vous n’obéirez pas aux tendances égoïstes de la chair. Car les tendances de la chair s’opposent à l’esprit, et les tendances de l’esprit s’opposent à la chair. » Et d’ajouter plus loin (5,22) : « Voici ce que produit l’esprit : amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, foi, humilité, maîtrise de soi. Face à tout cela il n’y a plus de loi qui tienne. L’Esprit nous fait vivre. »

Voilà finalement ce que nous apporte l’Esprit : une façon de d’être. Tous ces « choix de Vie » que nous faisons lorsque nous vivons notre vie de chrétiens viennent de l’Esprit que nous recevons au travers de la Parole du Christ. Nous croyons en Jésus notre Sauveur, et son Esprit de Vérité nous fait vivre.

Bernard Vollerin

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean (16, 12-15)

À l’heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il disait à ses disciples :

12  J’aurais encore beaucoup de choses à vous dire, mais pour l’instant vous n’avez pas la force de les porter.
13  Quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité, il vous guidera vers la vérité tout entière. En effet, ce qu’il dira ne viendra pas de lui-même : il redira tout ce qu’il aura entendu ; et ce qui va venir, il vous le fera connaître.
14  Il me glorifiera, car il reprendra ce qui vient de moi pour vous le faire connaître.
15  Tout ce qui appartient au Père est à moi ; voilà pourquoi je vous ai dit : Il reprend ce qui vient de moi pour vous le faire connaître.

Pentecôte – Année B

L’Esprit de Vérité nous fait vivre

(Pentecôte, année B, Jean 15, 26-27 ; 16, 12-15)

IMG_pentecote-B-esprit-de-veritePentecôte : un point de départ capital dans notre cheminement sur cette Terre où la présence de l’Esprit Saint, de l’Esprit de Vérité se substitue à celle de Jésus qui quitte ce monde. L’un prend le relais de l’autre et l’Esprit est donc la continuation de la Parole de Jésus.

Cet Esprit vient sur les disciples au moment où Jésus les quitte eux qui sont restés si fortement attachés à lui pendant les trois ou quatre ans où Jésus s’est révélé à eux. Mais qu’en est-il pour nous, 2000 ans après ? Comment vivre ce passage, nous qui n’avons, bien entendu, ni vu ni connu Jésus directement ?

Je crois que l’Esprit de Vérité, c’est ce qui façonne notre cœur et notre pensée lorsque nous nous imprégnons de la Parole du Christ qui nous est transmise par les Évangiles. Cette Parole, cet Esprit nous animent. L’Esprit, c’est comme une source d’énergie qui ne s’épuise jamais. Il nous donne aussi le jugement dont nous avons besoin pour vivre en chrétiens. Il transforme profondément notre être.

Dans sa Lettre aux Galates (5, 16-17), St Paul décrit très bien l’Esprit comme opposé à la chair :  « Frères, je vous le dis : vivez sous la conduite de l’Esprit de Dieu ; alors vous n’obéirez pas aux tendances égoïstes de la chair. Car les tendances de la chair s’opposent à l’esprit, et les tendances de l’esprit s’opposent à la chair. »

Et d’ajouter plus loin (5,22) : « Voici ce que produit l’esprit : amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, foi, humilité, maîtrise de soi. Face à tout cela il n’y a plus de loi qui tienne. L’Esprit nous fait vivre. » Voilà finalement ce que nous apporte l’Esprit : une façon de vivre.

Tous ces « choix de Vie » que nous avons faits lorsque nous vivons en chrétiens viennent de l’Esprit que nous recevons par la Parole du Christ. Nous croyons en Jésus notre Sauveur, et son Esprit de Vérité nous fait vivre.

Bernard

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean (Jn 15, 26-27; 16, 12-15)

26i  À l’heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il disait à ses disciples : « Quand viendra le Défenseur, que je vous enverrai d’auprès du Père, lui, l’Esprit de vérité qui procède du Père, il rendra témoignage en ma faveur.
27  Et vous aussi, vous rendrez témoignage, vous qui êtes avec moi depuis le commencement.

12  J’aurais encore beaucoup de choses à vous dire, mais pour l’instant vous n’avez pas la force de les porter.
13  Quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité, il vous guidera vers la vérité tout entière. En effet, ce qu’il dira ne viendra pas de lui-même : il redira tout ce qu’il aura entendu ; et ce qui va venir, il vous le fera connaître.
14  Il me glorifiera, car il reprendra ce qui vient de moi pour vous le faire connaître.
15  Tout ce qui appartient au Père est à moi ; voilà pourquoi je vous ai dit : Il reprend ce qui vient de moi pour vous le faire connaître.

6ème dimanche de Pâques – Année A

L’Esprit de vérité et les disciples orphelins

(6ème dimanche de Pâques, Année A, Jean 14, 15-21)

———————————————————————————-

(Traduction en polonais)

IMG_jesus12

Dans l’Évangile de ce jour, Jésus prépare ses disciples à son départ. Il leur déclare, chose surprenante, qu’il va quitter cette terre pour rejoindre son Père, sans toutefois les laisser orphelins. Cette apparente contradiction se comprend mieux lorsque Jésus leur parle de l’Esprit de vérité qui le remplacera et deviendra leur « Défenseur ».

Mais quel est ce « Défenseur » dont parle Jésus, quel est cet Esprit de vérité?

Dans les textes originaux en langue grecque, le mot « parakletos » a été traduit assez approximativement par « Esprit de vérité » ou « Esprit Saint ».  En fait, ce mot signifie « consolateur » ou « avocat défenseur », désignant un Être assez abstrait, qu’on ne voit pas, mais qui est là pour rassurer.

En parlant ainsi, Jésus entendait à la fois réconforter ses disciples et les préparer à la mission qu’il souhait leur confier: il voulait qu’ils comprennent que, sans lui, ils auraient les mains entièrement libres pour aller à travers le monde porter la Bonne Parole, annoncer le règne du Père et convertir les nations. Comme un enfant qui perd son père et se trouve alors habité par l’esprit de celui ci, Jésus voulaient que les disciples soient habités de l’Esprit de vérité et qu’ils ne se sentent pas orphelins.

Il en est de même pour nous. Ce « parakletos », cet Esprit de vérité, est en nous et avec nous. Il nous habite comme l’Esprit du père habite n’importe quel enfant. Nous y puisons la force de notre foi, il est ce lien qui nous rattache à Dieu par delà le temps. Il fait de nous ses enfants aimants qui ne se sentent plus orphelins, mais dotés de cette Grâce qui transcende toute chose.

Bernard Vollerin

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean (Jean 14, 15-21)

15i  À l’heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il disait à ses disciples : « Si vous m’aimez, vous resterez fidèles à mes commandements.
16  Moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre Défenseur qui sera pour toujours avec vous :
17  c’est l’Esprit de vérité. Le monde est incapable de le recevoir, parce qu’il ne le voit pas et ne le connaît pas ; mais vous, vous le connaissez,
18  parce qu’il demeure auprès de vous, et qu’il est en vous. Je ne vous laisserai pas orphelins, je reviens vers vous.
19  D’ici peu de temps, le monde ne me verra plus, mais vous, vous me verrez vivant, et vous vivrez aussi.
20  En ce jour-là, vous reconnaîtrez que je suis en mon Père, que vous êtes en moi, et moi en vous.
21  Celui qui a reçu mes commandements et y reste fidèle, c’est celui-là qui m’aime ; et celui qui m’aime sera aimé de mon Père ; moi aussi je l’aimerai, et je me manifesterai à lui. »