Ascension – Année C

Un message plein d’espoir

(Ascension du Seigneur, année C, Luc 24, 46-53)

Ascension_2_200_150_los_angelesAu tout dernier chapitre de son évangile, pratiquement à la dernière phrase, Luc nous propose une image saisissante d’un Jésus « emporté au ciel ». N’est-ce pas la fin rêvée pour la longue histoire de la vie du Christ qu’il nous a contée ? Une fin superbe dans le « style Hollywood » produite par un grand studio de cinéma ?

On pourrait le penser à première vue ! Mais il faut regarder tout cela d’un peu plus près. Car ce Jésus qui s’élève et disparait à nos yeux est un et unique : pleinement humain par ce qu’il a été sur terre, mais aussi pleinement divin par son message d’envoyé de Dieu.

Oui, l’ascension du Christ est un message plein d’espoir qui s’accompagne de la promesse faite par Jésus d’envoyer sur ses disciples une « force venue d’en-haut », c’est-à-dire l’Esprit Saint qui nous éclairera et nous fera comprendre la signification de notre présence ici-bas. Mais cette ascension est aussi un signal fort pour ceux qui souffrent, nous rappelant que nous seront tous réunis autour de Dieu après la mort, avec tous ceux que nous aimons, loin, très loin des déchirements de l’existence, dans la paix et le repos.

Jésus lui aussi a souffert. Il est mort des mains des autorités de son temps, qu’elles aient été séculières ou religieuses, mais sa résurrection nous dit que la mort n’est pas la fin de tout, que ce n’est pas le dernier chapitre de l’histoire de Dieu. Rappelons nous que tous ceux qui auront mis à mal nos existences et auront régné sur cette planète ne verront pas leur pouvoir de « petits potentats » s’exercer éternellement, car leur pouvoir a une fin et ce n’est pas celui de Dieu.

Mais patience ! Nous savons à travers les récits de la Bible que le règne du Christ est venu, qu’il est là, mais que ce règne dans toute sa plénitude ne nous sera révélé que plus tard. L’immensité et la totalité du royaume de Dieu seront alors restaurées.

Bernard Vollerin

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc (Lc 24, 46-53)

46 Jésus ressuscité, apparaissant à ses disciples, leur disait: « C’est bien ce qui était annoncé par l’Écriture : les souffrances du Messie, sa résurrection d’entre les morts le troisième jour,

47 et la conversion proclamée en son nom pour le pardon des péchés à toutes les nations, en commençant par Jérusalem.

48 C’est vous qui en êtes les témoins.

49 Et moi, je vais envoyer sur vous ce que mon Père a promis. Quant à vous, demeurez dans la ville jusqu’à ce que vous soyez revêtus d’une force venue d’en haut. »

50 Puis il les emmena jusque vers Béthanie et, levant les mains, il les bénit.

51 Tandis qu’il les bénissait, il se sépara d’eux et fut emporté au ciel.

52 Ils se prosternèrent devant lui, puis ils retournèrent à Jérusalem, remplis de joie.

53 Et ils étaient sans cesse dans le Temple à bénir Dieu.

Ascension – Année B

Celui qui croira…

(Ascension du Seigneur, année B, Marc 16, 15-20)

IMG_ascension-B-celui-qui-croiraJésus s’en va. Il quitte cette terre pour rejoindre « Abba », son Père. Les disciples ne s’en effraient pas ne retenant que l’ordre de mission que leur laisse Jésus : « Allez dans le monde entier. Proclamez la Bonne Nouvelle à toute la création. »

Nous pourrions dire, dans un langage qu’utilisent les militaires : « Mission accomplie.» Car, en effet, il n’y a pas un seul arpent de terre ici-bas où l’on n’ait pas entendu parler du Christ et de sa Parole ! Les apôtres et nous, leurs descendants, ne nous sommes pas découragés devant l’ampleur de la tâche, même au milieu de conditions souvent très difficiles, face à l’indifférence, la corruption, ou l’adversité. Les martyrs en ont payé le prix fort.

Nous avons pu faire cela car nous avons cru et nous croyons en la Parole du Christ. Comme croyants, nous avons pu « prendre des serpents dans nos mains » c’est-à-dire faire face aux attaques dirigées contre nous et contre la Parole du Christ. Nous avons pu boire un « poison mortel » en avalant toutes sortes de cruautés et le venin que les opposants au Christ ont craché sur nous.

Au milieu de tout ça, nous avons continué à aider, à faire un peu de bien, à soutenir la grande famille humaine et à propager cette Parole d’amour qui nous a été transmise par Jésus. C’est « l’imposition des mains aux malades » dont nous parle l’évangile de ce jour.

Et maintenant ? Et bien notre tâche ne s’arrête pas là. Car face à la sécularisation de notre temps et au bouleversement des valeurs que nous ont apportées la « vie moderne » et l’ère postindustrielle, il y a encore plus à faire aujourd’hui pour poursuivre notre mission, ici même, sans chercher à aller « dans le monde entier » !

Oui, « celui qui croira et sera baptisé sera sauvé.» Continuons à partager notre foi autour de nous, sans prosélytisme à tout crin, mais en continuant d’affirmer la bonté profonde et l’amour que l’on trouve dans la Parole du Christ.

Bernard

Evangile de Jésus-Christ selon saint Marc (Mc 16, 15-20)

15i  Jésus ressuscité dit aux onze Apôtres : « Allez dans le monde entier. Proclamez la Bonne Nouvelle à toute la création.
16  Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé ; celui qui refusera de croire sera condamné.
17  Voici les signes qui accompagneront ceux qui deviendront croyants : en mon nom, ils chasseront les esprits mauvais ; ils parleront un langage nouveau ;
18  ils prendront des serpents dans leurs mains, et, s’ils boivent un poison mortel, il ne leur fera pas de mal ; ils imposeront les mains aux malades, et les malades s’en trouveront bien. »
19  Le Seigneur Jésus, après leur avoir parlé, fut enlevé au ciel et s’assit à la droite de Dieu.
20  Quant à eux, ils s’en allèrent proclamer partout la Bonne Nouvelle. Le Seigneur travaillait avec eux et confirmait la Parole par les signes qui l’accompagnaient.

Ascension – Année A

Restons sur terre !

(Ascension du Seigneur, Année A, Matthieu 28, 16-20)

——————————————————————————-

(Traduction en polonais)

IMG_Ascension_GarofaloJésus apparaît aux Apôtres qu’il avait choisis. Il leur promet de les baptiser bientôt de l’Esprit Saint (Actes 1, 05), puis il disparaît à leurs yeux.

Voila qui est bien court ! Surtout pour un passage aussi essentiel des évangiles qui va façonner toute la chrétienté et qui nous touche directement tous, chaque jour. Car, en effet, recevoir l’Esprit Saint et en faire le moteur de notre foi pour porter la Bonne Parole au travers du monde, voila qui est au cœur même de notre mission et de notre vie. Tout part de là !

Et il y a tant à faire autour de nous : annoncer cette Parole, célébrer ce Christ saint parmi les Saints et le servir. Nous ne serons jamais assez nombreux pour aller « jusqu’aux extrémités de la terre » être des messagers actifs de Dieu et « faire des disciples » comme Jésus nous le demande.

Restons sur terre ! C’est ici que le Christ a besoin de nous. Mettons nous en route, et répandons sa Parole, chacun à notre façon, pour que tous ceux que nous rencontrons comprennent tout ce que l’Amour du Seigneur peut apporter.

Bernard Vollerin

 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu (Mt 28, 16-20)

16i  Au temps de Pâques, les onze disciples s’en allèrent en Galilée, à la montagne où Jésus leur avait ordonné de se rendre.
17  Quand ils le virent, ils se prosternèrent, mais certains eurent des doutes.
18  Jésus s’approcha d’eux et leur adressa ces paroles : « Tout pouvoir m’a été donné au ciel et sur la terre.
19  Allez donc ! De toutes les nations faites des disciples, baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit ;
20  et apprenez-leur à garder tous les commandements que je vous ai donnés. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. »