22ème dimanche du Temps Ordinaire – Année B

Vous avez dit « impur » ?

(22ème dimanche du Temps Ordinaire, année B, Mc 7, 1-8.14-15.21-23)

………………………………………………………………………………………………………………..
IMG_22eme_TO_B_impureté_pharisiensLes pharisiens ont beau jeu ! Eux qui se disent « au-dessus de tout », les purs par excellence, les montreurs du doigt, ils essaient encore une fois de confondre Jésus en l’accusant de ne pas se conformer aux traditions.

Mais Jésus les remet vivement à leur place les traitant ouvertement d’hypocrites et en s’appuyant pour cela sur la parole d’Isaïe : « Ce peuple m’honore des lèvres, mais son cœur est loin de moi. » Ce qui veut dire, en clair, que l’amour vrai se fiche des conventions et des traditions humaines.

Les apparences de « pureté » auxquelles s’attachent les pharisiens sont finalement assez futiles : se laver des pieds à la tête avant de prendre un repas donne une impression de propreté extérieure, c’est tout, mais ne contribue en rien à la pureté intérieure. Ceci me rappelle le témoignage poignant que j’ai reçu du Chapelain de la Chambre des Représentants du Congrès américain, le Pasteur James D. Ford. En pleine guerre du Vietnam, près du front, il réunissait souvent les soldats en tenue de combat, pas rasés, pas très propres ni très frais, pour leur donner la communion et prier avec eux*. Comme quoi, il faut savoir aller à l’essentiel.

Il faut arriver à se défaire des apparences. Des petites phrases comme « propre en ordre » ou « la lessive X lave plus blanc » que l’on pourrait presque mettre dans la bouche des pharisiens, ne parlent que de l’aspect des choses, mais pas de ce qui est en nous !

Impurs ? Oui, nous le sommes tous plus ou moins, mais nous le sommes en dedans de nous-mêmes. Ne mélangeons donc pas les choses : pureté intérieure et propreté extérieure sont finalement bien éloignées l’une de l’autre.

Bernard  Vollerin

* “The Long Gray Line: The American Journey of West Point’s Class of 1966”, de Rick Atkinson, éditeur Henry Holt and Company LLC.

9ème dimanche du Temps Ordinaire – Année A

Apparences ou substance ?

(9ème dimanche du Temps Ordinaire, année A, Matthieu 7, 21-27)

————————————————————-

IMG_9eme_TO_A_apparences ou substanceVoilà un passage des Évangiles qui nous met sur la sellette ! Nos amis Anglais diraient qu’il nous pose un sérieux « challenge ».

Nous pourrions résumer ce « sermon sur la montagne » que prononce Jésus par : « Faites la volonté de Dieu, agissez, faites fi des apparences car seule la réalité et vos actes comptent aux yeux du Père. »

En effet, le Royaume ne se gagne pas simplement en annonçant que nous croyons en Jésus et c’est tout. Il n’est pas seulement question de se montrer à la messe et de donner l’apparence de la foi, mais bien de connaître la volonté du Père et de la mettre en pratique.

Oui, certains s’en tiennent aux apparences. « Avoir l’air de » leur suffit. Mais c’est bien médiocre aux yeux du Père qui s’attache à la « substance » de notre mission ici-bas : agir.

Les apparences ? C’est la maison sur le sable, celle qui est habitée de loups dangereux qui viennent souvent à nous déguisés en agneaux, celle où l’on s’en tient aux bonnes manières, sans se donner totalement au Christ. Par opposition, la substance, c’est la maison sur le roc, celle qui tient bon, celle où l’on met en pratique, avec humilité mais détermination et énergie, le message reçu de Jésus.

Jésus attend de nous que nous soyons des missionnaires, des témoins actifs de sa Parole, celle-là même que nous permettra de nous rapprocher du Père, en entrainant avec nous, dans un formidable élan, nos communautés solidement implantées sur le roc de leur foi.

Bernard Vollerin

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu (Mt 7, 21-27)

21i  Comme les disciples s’étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait : « Il ne suffit pas de me dire : ‘Seigneur, Seigneur !’, pour entrer dans le Royaume des cieux ; mais il faut faire la volonté de mon Père qui est aux cieux.
22  Ce jour-là, beaucoup me diront : ‘Seigneur, Seigneur, n’est-ce pas en ton nom que nous avons été prophètes, en ton nom que nous avons chassé les démons, en ton nom que nous avons fait beaucoup de miracles ?’
23  Alors je leur déclarerai : ‘Je ne vous ai jamais connus. Écartez-vous de moi, vous qui faites le mal !’
24  Tout homme qui écoute ce que je vous dis là et le met en pratique est comparable à un homme prévoyant qui a bâti sa maison sur le roc.
25  La pluie est tombée, les torrents ont dévalé, la tempête a soufflé et s’est abattue sur cette maison ; la maison ne s’est pas écroulée, car elle était fondée sur le roc.
26  Et tout homme qui écoute ce que je vous dis là sans le mettre en pratique est comparable à un homme insensé qui a bâti sa maison sur le sable.
27  La pluie est tombée, les torrents ont dévalé, la tempête a soufflé, elle a secoué cette maison ; la maison s’est écroulée, et son écroulement a été complet.»

6ème Dimanche du Temps Ordinaire – Année A

Surpasser la justice des scribes et des pharisiens

(6ème dimanche du Temps Ordinaire, année A, Matthieu 5, 17-37)

——————————————————————————————————-

(Traduction en polonais)

IMG_scribes_pharisiensDans ce Discours sur la Montagne, Jésus nous parle de sagesse, d’intégrité et de sincérité envers soi-même et ceux qui nous entourent. Il nous invite à nous démarquer des scribes et des pharisiens, à les surpasser, eux qui, selon lui  se cantonnent à obéir aux commandements qu’ils ont colportés ou simplement lus dans les Écritures sans vraiment les vivre eux-mêmes. En fait, ils ne sont que de beaux parleurs et des donneurs de leçon…

Chez les juifs de l’époque, les scribes, ces docteurs spécialistes des Écritures, étaient tombés dans un légalisme très étroit. Jésus les reléguait poliment au rang de greffiers ou de petits bureaucrates. Quant aux pharisiens, Jésus n’hésitait pas à les traiter d’hypocrites et d’orgueilleux donnant la priorité aux apparences. En fait, des gens souvent cupides, se vautrant dans l’intempérance, et que Jésus qualifiait même de « fils d’assassins »* ! D’ailleurs, tout au long du chapitre 23 de Matthieu, on voit Jésus mener une charge « à la hussarde » contre eux. Il se fait même gravement accusateur lorsqu’il dit: « Maintenant, Dieu abandonne votre Temple entre vos mains, et il restera désert**. »

Alors, comment faire pour nous démarquer d’eux, pour que notre « justice surpasse celle des scribes et des pharisiens ? »

La phrase que prononce Jésus au sujet du « Temple qui restera désert » s’il est laissé aux mains de ces scribes et de ces pharisiens, est annonciatrice de la situation où nous sommes 2000 ans plus tard : l’Eglise des siècles passés a longtemps été laissée aux mains de personnes qui se sont fourvoyées dans les coulisses du pouvoir, dirigeant en sous-main des royaumes entiers et perdant le sens premier de l’enseignement du Christ. Et puis, sont venus les vieux travers des scribes: priorité a été donnée à la lettre des choses. Les esprits se sont enfermés derrière les murs épais des cathédrales barrées de lourdes portes. L’appel au cœur des hommes lancé par Jésus est devenu inaudible. Il s’est trouvé enfoui sous des tonnes de papiers et d’exégèses plus savantes les unes que les autres mais… bien inutiles. Et puis, avec tout ce que le monde d’aujourd’hui nous offre, l’esprit pharisien est revenu au galop. Tous les qualitatifs de Matthieu chapitre 23 s’appliquent sans exception.

Le résultat ? Nous, scribes et pharisiens d’aujourd’hui, avons vidé nos églises ! Seule une fraction des chrétiens poursuit la mission du Christ, hors des palais éphémères que les hommes se sont construits et loin de la course aux apparences qui occupe trop souvent le monde, en portant sans détour la parole de Jésus aux confins de la terre et en la vivant chaque jour. Oui, c’est en faisant cela que nous pourrons surpasser la justice de ce monde encombré de scribes pointilleux et de pharisiens égoïstes. Redonnons leur place à l’amour, à la chaleur des contacts et tout simplement à la spiritualité, pour que chacun se retrouve dans une Eglise qui, je l’espère, reviendra sur les chemins que le Christ a tracés.

 

Bernard  Vollerin

* Matthieu 23, 31

**Matthieu 23, 38

 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu (Mt 5, 17-37)

Comme les disciples s’étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait :

17 « Ne pensez pas que je suis venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir.

18 Amen, je vous le dis : Avant que le ciel et la terre disparaissent, pas une lettre, pas un seul petit trait ne disparaîtra de la Loi jusqu’à ce que tout se réalise.

19 Donc, celui qui rejettera un seul de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire ainsi, sera déclaré le plus petit dans le Royaume des cieux. Mais celui qui les observera et les enseignera sera déclaré grand dans le Royaume des cieux.

20 Je vous le dis en effet : Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez pas dans le Royaume des cieux.

21 Vous avez appris qu’il a été dit aux anciens : Tu ne commettras pas de meurtre, et si quelqu’un commet un meurtre, il en répondra au tribunal.

22 Eh bien moi, je vous dis : Tout homme qui se met en colère contre son frère en répondra au tribunal. Si quelqu’un insulte son frère, il en répondra au grand conseil. Si quelqu’un maudit son frère, il sera passible de la géhenne de feu.

23 Donc, lorsque tu vas présenter ton offrande sur l’autel, si, là, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi,

24 laisse ton offrande là, devant l’autel, va d’abord te réconcilier avec ton frère, et ensuite viens présenter ton offrande.

25 Accorde-toi vite avec ton adversaire pendant que tu es en chemin avec lui, pour éviter que ton adversaire ne te livre au juge, le juge au garde, et qu’on ne te jette en prison.

26 Amen, je te le dis : tu n’en sortiras pas avant d’avoir payé jusqu’au dernier sou.

27 Vous avez appris qu’il a été dit : Tu ne commettras pas d’adultère.

28 Eh bien moi, je vous dis : Tout homme qui regarde une femme et la désire a déjà commis l’adultère avec elle dans son cœur.

29 Si ton œil droit entraîne ta chute, arrache-le et jette-le loin de toi : car c’est ton intérêt de perdre un de tes membres, et que ton corps tout entier ne soit pas jeté dans la géhenne.

30 Et si ta main droite entraîne ta chute, coupe-la et jette-la loin de toi : car c’est ton intérêt de perdre un de tes membres, et que ton corps tout entier ne s’en aille pas dans la géhenne.

31 Il a été dit encore : Si quelqu’un renvoie sa femme, qu’il lui donne un acte de répudiation.

32 Eh bien moi, je vous dis : Tout homme qui renvoie sa femme, sauf en cas d’union illégitime, la pousse à l’adultère ; et si quelqu’un épouse une femme renvoyée, il est adultère.

33 Vous avez encore appris qu’il a été dit aux anciens : Tu ne feras pas de faux serments, mais tu t’acquitteras de tes serments envers le Seigneur.

34 Eh bien moi, je vous dis de ne faire aucun serment, ni par le ciel, car c’est le trône de Dieu,

35 ni par la terre, car elle est son marchepied, ni par Jérusalem, car elle est la Cité du grand Roi.

36 Et tu ne jureras pas non plus sur ta tête, parce que tu ne peux pas rendre un seul de tes cheveux blanc ou noir.

37 Quand vous dites ‘oui’, que ce soit un ‘oui’, quand vous dites ‘non’, que ce soit un ‘non’. Tout ce qui est en plus vient du Mauvais. »

26ème dimanche du Temps Ordinaire – Année C

Les ventres pleins

(26ème dimanche du Temps Ordinaire, année C, Luc 16, 19-31)

———————————————————-

(Texte en polonais, traduction de Joanna Szubstarska)

IMG_ventre_pleinsQuand l’on parle des personnes dans le besoin, des laissés pour compte de la société, le contraste est frappant entre la compassion et la miséricorde des uns et l’égoïsme et à l’arrogance des autres. La parabole de Jésus décrit une scène de son époque, certes, mais l’on constate que rien n’a changé. Les pauvres sont souvent ignorés par les soi-disant « riches » au ventre plein, ces Maîtres qui broient la nuque des petits.

L’asservissement des uns à l’argent leur fait faire la sourde oreille à la misère des autres.  Ne devraient-ils pas se souvenir des mots de Matthieu : « Elle est grande, la porte, il est large, le chemin qui conduit à la perdition ; et ils sont nombreux, ceux qui s’y engagent. Mais elle est étroite, la porte, il est resserré, le chemin qui conduit à la vie ; et ils sont peu nombreux, ceux qui le trouvent. (Mt 7, 13-14) ?

Oui, il y a un gouffre entre ceux qui adorent l’argent, les apparences et aiment se remplir le ventre et ceux qui recherchent les vraies richesses, la substance des choses et apprécient à leur juste mesure ce qu’ils ont, en pensant à partager avec ceux qui n’ont rien ! Deux mondes s’entrechoquent et de temps à autre c’est le « big bang » : on s’étripe entre membres d’une même famille, on se bagarre avec son voisin ou bien on se fait la guerre, ce qui mène à la ruine et à la destruction.

En un mot, faites attention ! Si votre échelle de valeurs consiste à révérer ceux dont la richesse matérielle éclabousse le monde et à dénigrer ceux que vous appelez « les pauvres », alors, comme cet homme « riche » dont nous parle le Christ aujourd’hui, un jour vous devrez payer le prix fort.

Bernard Vollerin

—————————————————————-

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc (Lc 16, 19-31)

19i  Jésus disait cette parabole : « Il y avait un homme riche, qui portait des vêtements de luxe et faisait chaque jour des festins somptueux.
20  Un pauvre, nommé Lazare, était couché devant le portail, couvert de plaies.
21  Il aurait bien voulu se rassasier de ce qui tombait de la table du riche ; mais c’étaient plutôt les chiens qui venaient lécher ses plaies.
22  Or le pauvre mourut, et les anges l’emportèrent auprès d’Abraham. Le riche mourut aussi, et on l’enterra.
23  Au séjour des morts, il était en proie à la torture ; il leva les yeux et vit de loin Abraham avec Lazare tout près de lui.
24  Alors il cria : ‘Abraham, mon père, prends pitié de moi et envoie Lazare tremper dans l’eau le bout de son doigt pour me rafraîchir la langue, car je souffre terriblement dans cette fournaise. —
25  Mon enfant, répondit Abraham, rappelle-toi : Tu as reçu le bonheur pendant ta vie, et Lazare, le malheur. Maintenant il trouve ici la consolation, et toi, c’est ton tour de souffrir.
26  De plus, un grand abîme a été mis entre vous et nous, pour que ceux qui voudraient aller vers vous ne le puissent pas, et que, de là-bas non plus, on ne vienne pas vers nous.’
27  Le riche répliqua : ‘Eh bien ! Père, je te prie d’envoyer Lazare dans la maison de mon père.
28  J’ai cinq frères : qu’il les avertisse pour qu’ils ne viennent pas, eux aussi, dans ce lieu de torture !’
29  Abraham lui dit : ‘Ils ont Moïse et les Prophètes : qu’ils les écoutent ! ¦
30  Non, père Abraham, dit le riche, mais si quelqu’un de chez les morts vient les trouver, ils se convertiront.’
31  Abraham répondit : ‘S’ils n’écoutent pas Moïse ni les Prophètes, quelqu’un pourra bien ressusciter d’entre les morts : ils ne seront pas convaincus.’ »