23ème dimanche du Temps Ordinaire – Année C

Viens, suis-moi !

(23ème dimanche du Temps Ordinaire, année C, Luc 14, 25-33)

———————————————————-

(Texte en polonais, traduction de Joanna Szubstarska)

IMG_pas-dans-le-sableJésus interpelle les foules avec force, leur indiquant les conditions qu’il met pour que nous devenions l’un de ses disciples. « Marche derrière moi, mets tes pas dans mes pas, tes pas seront guidés par mes pas…je serai ta seule référence. »

Pour devenir l’un de ses disciples, il nous demande aussi de le préférer à ceux que nous aimons et qui vivent autour de nous, de porter notre croix, de le suivre et de renoncer à tout ce qui nous appartient.

Si l’on s’en tient au sens strict de ces paroles, voilà qui parait bien dur. Mais, au-delà des mots,  Jésus veut nous faire comprendre que, si nous avons décidé de le suivre, cela ne dois pas être fait à la légère. Préférer Jésus, préférer l’amour du Christ, c’est être prêts à se débarrasser des liens qui nous rattachent au passé.

Il n’y a pas contradiction avec les commandements qui nous demandent d’honorer notre père, notre mère, notre femme ou notre mari. Ceci reste. C’est seulement la préférence de l’Amour du Christ qui doit passer en premier.

Bernard Vollerin

————————————————————

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc (Lc 14, 25-33)

25  De grandes foules faisaient route avec Jésus ; il se retourna et leur dit :
26  « Si quelqu’un vient à moi sans me préférer à son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères et sœurs, et même à sa propre vie, il ne peut pas être mon disciple.
27  Celui qui ne porte pas sa croix pour marcher derrière moi ne peut pas être mon disciple.
28  Quel est celui d’entre vous qui veut bâtir une tour, et qui ne commence pas par s’asseoir pour calculer la dépense et voir s’il a de quoi aller jusqu’au bout ?
29  Car, s’il pose les fondations et ne peut pas achever, tous ceux qui le verront se moqueront de lui :
30  ‘Voilà un homme qui commence à bâtir et qui ne peut pas achever !’
31  Et quel est le roi qui part en guerre contre un autre roi, et qui ne commence pas par s’asseoir pour voir s’il peut, avec dix mille hommes, affronter l’autre qui vient l’attaquer avec vingt mille ?
32  S’il ne le peut pas, il envoie, pendant que l’autre est encore loin, une délégation pour demander la paix.
33  De même, celui d’entre vous qui ne renonce pas à tout ce qui lui appartient ne peut pas être mon disciple.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *